Evasion-twilight
Bienvenue sur le fourm Twilight-Forum.Evasion, un forum consacré exclusivement à la saga de Twilight ! Venez vite nous rejoindre pour jouer et partager votre passion.

Evasion-twilight

Ensemble, construisons un avenir pour cette saga et partagez notre passion
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour l'éternité

Aller en bas 
AuteurMessage
Bella Cullen
Admin
avatar

Messages : 433
Date d'inscription : 03/12/2009
Age : 25
Localisation : Avec Edward

MessageSujet: Pour l'éternité   Mer 16 Déc - 23:12

Pour l'éternité



_________________
Team Edward & Bella

Spoiler:
 


Merci ma Rosie ♥️


Dernière édition par Bella Cullen le Mar 22 Déc - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://evasion-twilight.forumtwilight.com
Bella Cullen
Admin
avatar

Messages : 433
Date d'inscription : 03/12/2009
Age : 25
Localisation : Avec Edward

MessageSujet: [size=18][b][i]Prologue[b][i][/size]   Mer 16 Déc - 23:15



Prologue



Bien que je fusse certaine de mes sentiments je savais que je ne pourrais être heureuse et en paix indéfiniment. Le moment que je redoutait le plus même quand c’était dans ma misérable existence humaine, s’apprêtait à me frapper de plein fouet pour que je tombe encore plus. Si mon cœur aurais pu, il aurais cessez de battre et j’en aurais mourus. L’oxygène qui m’était nécessaire avant m’aurais privé de tout mes sens et serais devenu un véritable poison. Je l’avais déjà connu cette souffrance mais pas autant que la première fois. Celle ci fut plus forte, plus douloureuse comme si on m’arrachais chaque partie de moi comme si on détruisais mon bonheur. Plus rien n’était pareil dorénavant car ce qui se passait donnait la fin de tout, tout ce que j‘avais espéré avoir.

_________________
Team Edward & Bella

Spoiler:
 


Merci ma Rosie ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://evasion-twilight.forumtwilight.com
Bella Cullen
Admin
avatar

Messages : 433
Date d'inscription : 03/12/2009
Age : 25
Localisation : Avec Edward

MessageSujet: Re: Pour l'éternité   Ven 25 Déc - 21:35



Chapitre 1 : Anniversaire


_ Ma Chérie, lève toi c’est l’heure, murmurai-je à ma fille tout en lui caressant soigneusement ses cheveux.
Aujourd’hui elle avait sept ans. Je savais que s’en était fini. C’était la fin. Ma fille ne vieillirait plus et resterais à jamais figé à cet âge. Elle s’étira et me souria.
_ Bonjour maman comment vas-tu ?
_ Bien et toi, à tu bien dormi ?
Elle s’étira derechef.
_ Oh que oui ! Comme un gros nounours figure toi, dit elle tout en riant, d’un rire qui résonnait comme des clochettes. Elle se redressa sur ses coudes afin de me regarder. Ce n’étais pas un visage et un corps d’une fille de sept ans qui se tenais devant moi mais une adolescente âgée tout au plus de dix-sept ans. Tout en souriant je lui tendis un petit paquet bleu.
_ Joyeux anniversaire ma chérie !
Je l’embrassais sur la joue. Elle pris le paquet et l’ouvris. Un collier resplendissant orné de millier de diamants pendait dans sa main. Elle fut ébahi. Ne pouvant parler, elle me mis sa main sur ma joue. C’est pour moi ? Je hochais la tête. Elle échappa un cri avant de se jeter dans mes bras.
_ Oh merci maman ! Merci du fond du cœur ! Mais tu n’aurais pas dû ! Il a dû te coûter une fortune !
Je riais.
_ C’est l’intention qui compte et tu sais autant que moi que l’argent dans la famille n’a guère d’importance. Demande à ton père.
_ Exactement. Il vient de ta mère et moi. Crois tu qu’elle avais pensée toute seule à cette merveille pour ton septième anniversaire ? Elle ne savait pas quoi t’offrir donc..
Je me retournais. Edward. Il était là sur le perron de le porte. Il nous offrit son plus beau sourire avant de se joindre à nous. Cela faisant maintenant presque dix ans que je scrutais son visage, son corps resplendissant tout en m’émerveillant. Je ne me lasserais jamais et ce fut une bonne chose. Arrivant vers Renesmée il l’embrassa sur le front avant de la prendre dans ses bras.
_ Joyeux anniversaire ma puce.
_ Merci. Merci du fond du cœur. Vous êtes les parents.. Les plus GENIAUX !! Enfin le mot est trop faible.
En soupirant et en souriant elle nous pris dans ses bras.
_ Je vous adore littéralement.
_ Pas autant que nous, chuchota Edward à son oreille
_ Et nous nous avons une fille plus que merveilleuse.
_ Maman arrête ! Soupira-t-elle. Je sentit qu’elle levait les yeux au ciel. J’eue un petit rire.
_ Bon ce n’est pas tout mais va te préparer Nessie. Ta tante t’attend pour aller à Seattle faire les magasins, dit soudainement Edward.
Elle soupira. Je n’étais pas la seule à exaspérer du comportement d’Alice. Ma fille refreinais avec autant de vigueur que moi le shopping. Elle se leva et allais se préparer. Quand nous fîmes seuls, Edward m’enlaça par la taille.
_ Tu n’es pas trop angoissé que notre petite fille est atteint sa maturité, me murmura-t-il au creux de mon oreille.
_ Un peu, avouais -je,. Savoir qu’elle a fini de vieillir et que maintenant elle soit indépendante sa fais toujours quelque chose.
Il me serra un peu plus.
_ Elle restera toujours notre fille, Bella, n’en doute pas. Elle nous aime réellement.
_ Et toi tu n’es pas angoissé ?
_ Ne pas l’être ne serais pas un comportement digne d’un parent, me dit il tout en embrassant ma joue.
_ Mais moins que moi.
Il ria.
_ Pour sur.
Je ne savais pas comment il faisait mais sa façon d’être me rendais un peu jalouse. Voyant que la tension remplissais mon espace il pris mon visage entre ses mains et m’embrassa.
_ Ne t’en fais pas, je suis sûr qu’elle va s’en sortir, elle l’a toujours fais depuis qu’elle est née.
Je souriais. Bien sûr ma fille était plus forte que n’importe quel enfant. Elle était dotée d’un intelligence surdéveloppé et était vraiment très belle et plus vieille que son âge. Elle me ressemblait ainsi qu’a Edward. C’était le plus beau cadeau qu’on puisse m’offrir. Celui que ma fille souhaiterais serais de la laisser vivre. Après tout tant qu’elle est heureuse, je le serais aussi.
_ Oui, soupirais je, tu as raison. Je ne sais même pas pourquoi je me met dans cet état là.
Il me fis son sourire en coin. Lui était mon deuxième plus beau cadeau même je dirais identique. Il caressa mon visage et comme à chaque fois qu’il me le faisait je sentis un courant électrique envahir mon corps. Je m’approchais de lui et crochetais son cou.
_ Pendant que Nessie se prépare que penses tu si tous les deux on profitais de ce moment là. Rien que toi et moi?
Je me mordis la lèvre. Toujours avec son sourire au coin je l’embrassais. Il me repoussa néanmoins.
_ Attend un peu mon amour. Nous sommes pas seuls, Renesmée est juste à côté et Jacob vient d’arriver.
Je sentis que lui aussi était partant pour ma proposition mais il avait raison. Au même moment Jacob entra dans notre maison. Il ne prenait plus la peine de frapper. A quoi bon?
_ Nessie, Bella, Edward ? Appela-t-il depuis l’entrée.
Avec un soupir je me dirigeais vers la porte accompagnée d’Edward.
- Jacob, salua Edward.
Celui-ci lui fit un hochement de la tête. Depuis la confrontation les choses entre eux se sont améliorés un minimum. Jacob préférais ne pas fréquenter mon mari même si il devait faire des efforts pour Renesmée.
Il me fit la bise.
_ Comment vas Bella ? Où est Nessie ?
_ Elle arrive, elle se prépare.
_ Ok, sa me laisse le temps de piquer un petit somme, dit il en s’affalant sur le divan
Je soupirais.
_ Combien de temps es tu éveillé ?
_ Oh entre cinquante et cinquante-cinq heures tout au plus. Pourquoi?
_ Jacob !! Tu n’es pas un robot je te signal !
_ Ouai mais tu verrais, c’est vraiment la classe d’être dans la peau d’un loup ! S’exclama-t-il soudain en se levant du divan. Sentir le vent te fouetter la figure en pleine course, te sentir le plus fort de la foret, bref tous ces trucs là, c’est méga !
Il me toisa quelque seconde avant de se rallonger.
_ Bien sur tu ne peux pas savoir tout sa. Tu es devenue une espèce de sangsue toi !
Je soupirais et ferma les yeux.
_ Tu as raison Jacob, dort sa ira mieux je pense.
Edward, ne broncha pas. Au contraire il eu un vague sourire sur ses lèvres. Je voulu lui demander la raison mais je me retint. Après tout si il voulait me le dire il me le révélerais tôt ou tard.
Quelques minutes après notre fille arriva. Elle avait mis la robe bleu que Rosalie lui avait donné - un peu trop ouverte derrière et devant à mon goût - et avait mis le collier qu’Edward et moi lui avons t’offert. Elle était resplendissante, comme toujours. Elle alla vers le canapé et embrassa Jacob sur la joue qui dormais comme un gros bébé. Un frisson vient frôler mon dos. Cette histoire d’imprégnation n’est pas encore tout à fais passé. Mon bébé avec mon meilleur ami.. Beurg ! Le faîte d’y penser j’en eu la nausée. Il ne réagit pas néanmoins. Edward s’approcha de ma fille et la pris par la taille.
_ Il est très fatigué Nessie. Il a besoin de repos. Il n’a pas dormis pendant quatre jours.
_ Bien sur, c’est compréhensible papa. J’attendrais qu’il se réveille alors.
Quatre jours !
_ Comment sa il n’a pas dormis pendant quatre jours? M’emportais-je.
_ Il ne voulais pas te faire du soucis mon amour, me rassura Edward, ce qui ne se fit pas malheureusement.
Je confirme. Mon meilleur ami est devenu un crétin même si il l‘était déjà auparavant.
_ Il… il.. Raaa ! Il m’exaspère !
Je partis dans la cuisine pour préparer le déjeuner de Renesmée et aussi de Jacob. J’entendis des gloussements provenant de ma fille et de mon époux. Je les laissais s’exprimer. En revenant je tendis son repas à ma fille. Edward me regardais d’une étrangeté très surprenante.
_ Merci maman !
Je continuais de fixer Edward. Qu’est ce qu’il avait ? Pourquoi me regardais t-il ainsi ?
_ Nessie, ta mère et moi avons un truc à faire. On reviens bientôt, lui dit il en l’embrassant sur le front avant de me prendre par la main et de m’entraîner en dehors de la maison.
Quand nous fûmes loin de notre habitat, il s’arrêta au milieu de nulle part dans les bois. Aucun humains n’étaient venus s’égarer ici pas même un animal. Tout d’un coup il s’approcha de moi et caressa mon visage sans dire mot. Etonnée je me lançais je :
_ Que ce passe t-il ? Pourquoi réagis tu comme sa ? Tu me fais peur.
Il eu son sourire en coin.
_ Vraiment ? A ce point ? Ne t’en fais pas, dit il tout en caressant mon cou cette fois, je voulais juste être seul avec toi un petit moment. Tu as raison, attendre la nuit tombé est trop long et nous n’aurions pas cette chance. Alors je me suis dis, un endroit au milieu de nulle part dans les bois ferais peut-être l’affaire et entend donné que chez nous il y a des gens… Et regarde toi ! dit il en me détaillant avec sa main.
Je restais bouche bée. Lui, me dire sa ? Je me regardais et me trouvais tout à fais banal. Tout en secouant sa tête et en souriant il m’embrassa et nous plongea dans un instant unique et très sensuel.
Plus tard quand nous retournions à la maison Jacob était réveillé et enlaçait Renesmée tout en mangeant. Je lui fit un regard mauvais. Il se racla la gorge et s’éloigna de ma fille. Je soupirais.
_ Ce n’est pas pour sa Jacob - je le vit soupirer d’aise et reprendre ma fille même si cette raison était aussi à cause de se rapprochement - C’est… Pourquoi tu m’épargnes quand t-il s’agit de toi ? Je ne suis pas là pour te juger !
Il souria.
_ Bella, toi et moi savions très bien que tu te fais rapidement du soucis quand t-il s’agit de la santé d’un être qui t’es cher. Puis pour ta réflexion.. Et ben.. Euh.. Tu me juge toujours à vrai dire !
Je le fusillais derechef du regard pendant quelques secondes avant de soupirer et de faire un vague sourire à Jack.
_ Ok si tu le dis. Mais la prochaine fois avertis moi.
_ Compte sur moi-même si ca ne vas rien te donner.
Je me blottis contre Edward. Il pouvais m’apaiser par sa simple présence ce qui m’éviterais de tuer mon meilleur ami.
_ Sinon qu’avez-vous fais alors tout les deux ? Demanda notre fille.
Je me mordille la lèvre. Quand t-à Edward il regardait le plafond tout en ayant un sourire sur ses lèvres.
_ Voyons Nessie, ce sont leurs affaires! Tu sais t’es parents défois ben ils ont besoin..
_ Et oh ! L’interrompis-je. Que vas-tu lui dire encore?
_ C’est bon maman, Jacob à raison se ne sont pas mes affaires.
_ Oh mais juste la vérité ma chère, s’exclama-t-il avant de regarder ma fille.
_ Peut-être, dit il en haussant les épaules, mais tu sais si un jour il t’arrive de les voir plus proche que jamais un conseil ne reste pas dans les parages !
Je le fusillais du regard. Edward serra sa prise sur ma taille.
_ Même si ils s’isolent pendant quelques minutes dans les bois, continua-t-il en nous jetant un coup d’œil moqueur.
Cette fois ci s’en fût trop. Je pris un livre qui était posé sur la table à côté de nous et je le balançais sur sa tête. Il ria puis il commença a courir en dehors de la maison.
_ C’est sa fichu cabot ! Court et vite, hurlais je en le suivant.
J’entendis que ma fille et mon mari s’éclaffais.
Jacob courrais assez vite mais pas suffisamment quand t-il avait l’apparence d’un humain. Sans hésiter je sautais sur son cou et le fis tomber par terre. Je rigolais tandis que lui se débattais.
_ Alors monsieur je sais tout avez-vous quelque chose à plaider avant de voir votre vie arrachée ?
_ Euh oui juste une, comment c’est dans les bois ?
Je grognais. Il me pris et réussissa à m’allonger dans les fougères. Lui était au dessus de moi. Il riait toujours aux éclats.
_ Allons Bella, soit pas rancunière ! Tu sais très bien que Nessie est au courant de ce qui se passe entre vous et que ce que j’ai dis c’était pour rire.
_ Oui, juste que c’est une blague de mauvais goût Jack. Devant notre fille ! Non mais tu réalises !
_ Oh que oui, parfaitement même. Mais crois tu que si elle était aussi enfantine comme l’indique son âge j’aurais osé aborder ce sujet ?
Je me redressais en poussant Jacob pour m’asseoir.
_ Bella, Nessie à juste grandis un peu plus que la moyenne mais au fond se sera toujours ton bébé. Elle t’aime et elle sait ce que tu ressens en ce moment. Arrête de paniqué j’te jure. Elle est indépendante maintenant et qu’elle prenne de l’âge ne changeras rien aux relations que t’auras avec elle.
Je soupirais.
- Toi et Edward vous me connaissez si bien. Est-ce que mes expressions sont aussi visible que si elles sont gravés sur mon front ?
_ Oh que oui tu n’imagines même pas à quel point ! Tu ne sais pas mentir ni cacher tes sentiments toi-même tu le sais Bella.
Je soupirais derechef. Evidemment Jacob avais raison. Rien ne changerais entre ma fille et moi. Notre relation sera toujours aussi fusionnelle. Mais la peur de la perdre m’effraie plus que de raison. Quand l’imprégnation se sera complétement déroulé est-ce que je reverais ma fille. Est-ce qu’elle va toujours pensé à moi ? Et si ce n’était pas le cas, comment pourrais-je vivre sans elle? Comme si il avait lu dans mes pensés, Jacob me répondit:
_ Ne t’inquiète pas de sa aussi Bella. Le jour où Renesmée et moi… quand sa arrivera - je lu sur son visage qu’il ne voulais pas sortir le mot exacte - elle te verra aussi souvent qu’elle en aura envie. Jamais je ne lui empêcherais de voir sa propre mère et elle t’aimera toujours quoi qu’il arrive.
Cela faisait plusieurs fois qu’on me disait cela.
_ Je sais bien que tu ne l’empêcheras pas de me voir. Mais elle à grandit si vite ! Ce n’est plus un enfant.
Il me pris dans ses bras et me berça tendrement.
_ Aie confiance Bella. Tu verras tout vas bien se passer. Aie confiance c’est tout.
Ses paroles me réconfortère. Il fallait juste que je fasse confiance au destin comme le jour où j’ai rencontrer Edward. Je soupirais puis souriais.
_ Bon allons nous préparer pour la fête d’anniversaire de Nessie. C’est un évènement important je te rappelle.
Il ria.
_ Oui surtout qu’Alice a du bien la déguiser aujourd’hui ! J’ai hâte de voir sa tête !
Je n’avais pas remarqué que le soleil se couchais déjà. Combien de temps étions nous là?
En me prenant la main, nous partîmes chez ma famille. Edward, Rosalie, Emmett, Jasper, Esmé, Carlisle, Seth et même Leah - une très grande surprise - ainsi que toute la meute était déjà au rendez-vous en nous attendant. Quand Edward me vit, il alla à ma rencontre et me serra dans ses bras.
_ J’ai bien cru que tu en finissais avec Jacob. J’allais venir voir si je pouvais te donner un coup de main.
_ Sa n’aurais pas été nécessaire mais je te remercie quand même.
Il embrassa ma tempe et m’entraîna au salon. Je fus ébahis. J’avais vu l’intérieur de celle-ci changé à plusieurs reprises mais à ce point ! Les meubles avaient été enlevé, il ne restait qu’une longue table avec quelques chaises autour. Un énorme gâteau de cinq étages était posé sur celle-ci orné d’une nappe blanche et de milliers de pétales de roses. Trois chandeliers étaient aussi présents. Des assiettes, des serviettes et ainsi que des couverts étaient empilés à côté d’un seau remplis de glaçons avec - ce qui me semblais - une bouteille de champagne à l’intérieur. Des coupes étaient posées en pyramides les unes au dessus des autres.. Le parterre de la pièce était lui aussi couvert de pétales de roses. Les murs et le contour des fênetres étaient orné de fleurs. Rose, Lilas, Joncquile, Bleuet, Iris… Je reconnaissais différent parfum. De long rideaux blanc et rose cachaient les fênetres.
_ Wah !
_ A ce que je vois, vu par ton expression, tu as l’air d’aimer pas vrai ? Me murmura Edward.
_ Inconditionnellement. C’est Alice qu’a fais sa?
_ Non c’est moi !
Je me retournais et vis Esmé avec un sourire triomphant.
_ Waouh, Esmé! C’est… c’est magnifique! Comment avez-vous fait sa ?
_ Oh après plusieurs années d’expérience auprès d’Alice je sais maintenant comment faire la déco de la maison, me dit-elle en m’adressant un clin d’œil. En tout cas contente que sa te plaît ma chérie, espérons que Renesmée appréciera autant que toi.
_ Oh sa j’en suis certaine ! Lui répondis je en affichant un grand sourire.
Je continuais d’observer la pièce. Elle était splendide. Je ne m’habituerais jamais au goût des Cullen. Peut être que moi aussi plus tard je deviendrais comme eux ce qui m’étonna fortement. Dépasser ma famille en surnaturel était insensé et stupide d’y croire. Edward fût aussi ébahie que moi mais je voyais à travers ses yeux qu’il s’en était déjà douter et fait à l’idée. Bien sur aucun être normal était capable de lire les pensées d’autrui !
Edward m’entraîna sur la canapé et me fis asseoir sur ses genoux. Pendant plusieurs minutes je continuais de dévorer la décoration, impossible d’enlever la fascination que j’éprouvais pour elle. Mon mari me vit mais ne dis rien. Il me contemplait, essayant de percevoir mes pensées.
Plusieurs fois pendant ces années qui après la fameuse première fois où il a pu percevoir ce qu‘il y avait dans ma tête, il me suppliait pour que cette expérience se renouvelle surtout dans les moments où je suis comme sa. Mais aussi têtu que je suis, je préfèrerais lui montrer quand j’en avais envie et quand t-il fallait. Cela ne lui plût guère mais il était obligé d’accepter en voyant ma détermination.
Je retournais ma tête pour le regarder. Mauvaise erreur. Son regard plongea dans le mien et son irrésistible sourire se fendit sur son visage. Jasper perçut mes émotions. Il se racla la gorge. Tout le monde se retournaient vers nous ce qui me mis mal à l’aise mais ce qui fais rire Edward. Confuse, je tournais ma tête de façon à voir la porte. Sentant ma tension, il serrais sa prise autour de ma taille et embrassa ma joue.
_ Ne te sens pas gêné, me murmura-t-il, c’est normal que tu réagis ainsi. Au moins je sais que les sentiments que t’éprouve à mon égard son encore très fort.
_ Oui et ce n’est pas près de s’arrêter, murmurais- je à mon tour en le regardant et en lui souriant. Cette fois si je réussissais à me contrôler. Ce qui était bien.
_ Coucou tout le monde ! Cria Alice depuis le perron.
Elles étaient rentrées. Je vis ma fille qui était épuisé d’avoir passé cette journée en compagnie de ma belle sœur. Elle alla vers Jacob et se blottit contre lui.
_ Alors comment c’est passé ta journée ? Lui souffla-t-il.
_ Horrible. Tata Alice m’a transformé en poupée !
_ Oui mais tu étais heureuse que je prenne ce que tu avais envie pour faire plaisir à ton loup-garou.
Elle rougissait. Alice regarda la déco et eue un sourire satisfaisant à l’attention d’Esmé avant de poser son regard sur moi. Elle me détaillait ce qui me mis mal à l’aise derechef.
_ Mon dieu Bella, regarde moi sa ! Au bout de huit ans tu ne sais pas comment utilisé ta garde robe ? J’hallucine. Viens que je te mette en état. Je ne sais pas comment mon frère puisse accepter ça.
Celui-ci lui lança un regard peu amène avant que ma meilleure amie me tire par le bras et m’entraîne dans sa chambre.
Arriver au dessus, elle ouvrit sa penderie et me tendis une robe de sois argenté avec des tallons aiguille.
_ Tiens enfile ça et tu n’as pas intérêt de protester.
Ce que je fis. Il ne faut pas contrarié qui que se soit se soir y compris Alice. C’était un évènement important et je ne voulais pas le gâcher pour ne pas blesser ma fille. Après avoir mis ma robe elle me fis asseoir devant sa coiffeuse et s’amusa avec mes cheveux avant de s’attaquer au maquillage.
_ Voilà, tu es plus potable ! Dit elle quand t-elle eue fini.
Je me regardais dans le miroir Un chinions avec des mèches ondulé partout sur ma tête se tenait sur mon crâne. Le maquillage noir argenté - pour mes paupières - et rose brillant - pour mes lèvres - s’accordais avec ma tenue.
_ Merci Alice. C’est magnifique. Mais ce n’est pas Renesmée qui devrais être la plus remarquable se soir?
_ Ne t’en fais pas Rosalie s’en occupe. Puis il fallait que j’arrange sa.
Je soupirais. J’avais mis un jean et un t-shirt blanc, ce que je trouvais tout à fais potable à mon goût. Nous descendîmes au rez de chaussée. Tout le monde nous attendais ce qui ne m’étonna pas. Quand t-ils me virent aucunes respirations se fît entendre , du moins quelques secondes pour les Quileutes. Pourquoi Alice avait décidé de gâcher la soirée de ma fille ? Cette dernière ce tenais devant les escaliers aussi stupéfaite que les autres. Elle avait aussi les cheveux ondulés tenus par une barrette doré derrière sa tête, une longue robe blanche - par trop dénudé, juste dans le dos. Ouf ! - et des taillons aiguille de la même couleur que sa robe.
_ Waouh maman ! Tu es magnifiques !
_ Non ma chérie, la plus magnifique se soir, c’est toi.
J’entendis un soupire. C’était Edward, évidemment. Je me précipitais pour descendre ses interminable marches avant de serrer ma fille dans mes bras.
_ Joyeux anniversaire ma puce. Je suis très fière de toi et de ce que tu es devenue.
_ Moi aussi maman, je suis fière d’avoir une mère comme toi. Et je t’aimerais toujours. N’en doute jamais, me dit elle avant d’embrasser tendrement ma joue et d’aller rejoindre encore une fois mon meilleur ami.
Edward me pris par la taille et nous entraîna au milieu du salon.
_ Tu es resplendissante, me chuchota-t-il au creux de mon oreille.
_ Pas plus que notre fille. Sa doit être elle qui devrait faire l’objet des compliment.
Il eu son sourire en coin.
_ Cela est déjà fais et ne t’en fais pas, personne ira gâcher sa soirée. Et.. Hum.. Je ne suis pas aussi certain que toi, concernant la beauté entre toutes les filles présentes ici, se soir.
Si j’avais pu j’aurais rougis. Bien sur pour lui j’étais la plus belle. Ma beauté dépassait celle de ma fille. Ce qui me semblait irrationnelle pour moi. Ma fille était unique en son genre. Personne ne pouvais se comparer à elle, pas même sa propre mère.
Quand tout le monde fût réunis au salon, Alice monta sur la table. Sa démarche et son élégance ma toujours fasciné. Plus gracieuse qu’elle personne ne pouvais le faire. On aurais dit une danseuse heureuse de faire son premier show devant des milliers de spectateurs attendant avec impatiente son entrée en scène. La meute était restée vers la porte, éloignée de notre espèce. Seul, Jacob et Seth était resté vers nous au côté de Renesmée et de Rosalie.
_ Avant de me lancer dans un discours j’aimerais tout d’abord souhaiter un joyeux anniversaire à ma nièce chérie qui est devenue une véritable membre des Cullen grâce au don qu’elle a pu nous transmettre. Ce don là s’appelle l’amour bien évidemment. Bien sur Bella est aussi terrifié qu’Edward à l’idée de perdre leur fille..
Ses paroles se firent un simple bourdonnement. Edward était aussi terrifié que moi. Pourquoi ne m’avait -il rien dit? Je levais mes yeux pour le regarder. Je sentis qu’il ne voulais pas croiser mon regard. N’avais t-il pas confiance en moi ou essayait il de me protéger encore une fois? Mais de quoi? Dès que nous serions seul je lui poserais la question même si celle-ci, je pense, allait rester dans mon esprit pendant toute la soirée. Ne pas y pensée pendant ces quelques heures relevai un véritable défis.
Pendant que je me remémorais différent scénarios possible - le discours d’Alice aurait pu virer au désastre que je ne l’aurais pas remarquer - je sentis la main d’Edward faire une pression sur ma taille. Je ne comprenais pas la raison jusqu’à que plusieurs têtes se retournaient pour me dévisager.
_ Bella ? Me héla Alice en agitant sa main. Alors ?
_ Ah… euh… désolé j’étais ailleurs. Tu disais ?
Elle soupira.
_ Ca on l’avais bien remarqué - je perçus quelques rires dans l’assemblé. Jacob? Seth? Emmett ? - Veux tu ajouter quelque chose à l’attention de ta fille ?
Je me raclais la gorge. Je ne savais pas quoi dire et refuser serais la déshonorer. Je m’avançais quand même. Alice souffla avant de me faire signe de monter sur la table au côté d’elle. Quand j’y fus j’inspirais profondément. Malgré ma transformation en un être mythique, me donner en public m’étais toujours étrangé et n’étais pas mon fort.
Je regardais autour de moi. Esmé souria - un sourire d’encouragement - Emmett me fis un clin d’œil près à s’esclaffer au moindre mot dit de travers, Renesmée avec un grand sourire, larmes aux yeux. Je n’osais pas regarder mon mentor. Là j’en suis sur, mon simple courage s’évanouirais rapidement. Je sentis le regard meurtrier d’Alice qui fusillais mon dos. La patiente n’étais pas son truc. Tout en regardant ma fille je me lançais:
_ Ma puce tu sais déjà ce que je ressens pour toi. Tu es une fille formidable et extraordinaire. Je suis fière d’être ta mère et tu pourras toujours compter sur moi. Je t’aime et… joyeux anniversaire.
Les discours n’étaient pas mes citations préférés et je n’avais pas d’imaginations pour cela mais aujourd’hui je me suis rendu compte que je m’étais surpassé. Je n’étais pas la seule à penser ça. Tout le monde me dévisageais avec un grand sourire. Seule, ma fille, en plus, des larmes coulaient sur ses joues silencieuses.
_ Court mais émouvant. Merci Bella. Que la fête commence mes chers amis ! Cria Alice en levant une coupe qui contenais du champagne. Elle descendit de grâce et tendis la coupe à Jacob qui celui-ci n’en fit qu’une gorgée. Edward m’aida à descendre de la table en me portant. Ses gestes quand j’étais humaine étaient toujours là. Ce qu’Emmett vit aussitôt.
_ Alors sœurette, on a encore besoin de son chéri pour descendre de la table. Tu es toujours aussi maladroite hein? Ria-t-il. Dommage moi qui voulais avoir ma revanche tu sais pour ce fameux bras de fer. Maintenant que ta force à diminué… mais bon, tempi, je ne voudrais pas casser ton si jolie bras.
_ Revanche demain ! Sifflais je.
En entendant ma voix il s’esclaffa aussitôt.
_ Ok, aucun soucis sœurette. Ah en faîte jolie discours ! Dit il avant de s’éloigner.
J’eue un petit rire. On ne pouvais pas rester furieuse après Emmett après qu’il vous ai balancé son sens de l’humour sur vous. C’est comme si il vous ensorcelais. Une bonne partis de la soirée se passa tranquillement. La meute se détendais petit à petit au file de la fête. Ils dévoraient même le gâteau en même pas cinq minutes après en avoir proposé à Renesmée qui celle ci refusa poliment mais qui était écœurée. La nourriture humaine ne l’attirais pas. Son régime était comme nous. Cela fis plus dure. Plusieurs années ont fallu pour que notre fille accepte d’être qualifiée en tant que végétarienne.
De la musique résonnait dans l’habitacle. Tout le monde dansait au rythme de la musique hormis moi et Edward qui était resté pour me tenir compagnie. Enfin ce que j’ai cru comprendre. Eloignés de la piste de dance il me pris dans ses bras avant de souffler sur mes cheveux.
- Edward pourquoi ne m’a tu rien dis à propos de Renesmée ?
- Quoi donc ?
- De ton inquiétude pardi !
- Soîtes?
Je me redressais afin de le fixer. Il me regarda, un sourcil arqué.
- Arrête ! Tu sais très bien de quoi je veux parler. Alice l’a dis tout à l’heure dans son discours. Elle l’a même affirmé. Tu sais si…
Il mis un doigt sur ma bouche.
- Bella, tu te fais vraiment trop de soucis pour rien, je t’assure mon amour. Certes je suis inquiet, angoissé comme toi mais n’est-ce pas l’émotion de tout être devenu parent? Je ne voulais pas te frustrer plus. Tu t’inquiète facilement!
- Mais tu m’as dis tout à l’heure…
- Ce que je t’ai dis est juste la simple vérité. Je ne t’ai pas menti, me coupa-t-il.
- Alors pourquoi Alice à dit sa ? Pourquoi elle à dit que t’étais aussi angoissé que moi?
- Parce qu’elle ne sait pas malheureusement ce que c’est d’être parent. Elle considère notre inquiétude identique par rapport à notre fille. Elle l’a perçut. Tu sais très bien que défois elle à le don d’exagérer un peu. Comme je te l’ai dis ce matin, ces sentiments sont tout à fais compréhensibles et naturel. Ne t’en fais pas, tout vas bien ce passer.
Je soupirais.
- C’est ce que Jacob m’as dit tout à l’heure. Il fallait que je fasse confiance au destin.
- Alors écoute le. Pour une fois. Fais lui confiance et à moi aussi. Et surtout à notre fille.
Je souriais. Décidemment, je n’étais pas capable de contrôler mes émotions et de ne pas prendre chaque choses à la légère. Avec un sourire je me hissais sur la pointe des pieds pour l’embrasser avant de me blottir dans ses bras.
- Je t’aime.
- Plus que ma propre vie, me souffla-t-il.
Je regardais ma fille danser. Elle était heureuse. Son sourire illuminais son visage. Son corps bougeait gracieusement au son de la musique. A ses côtés je vis Jacob et Seth. Ma fille avec mon meilleur ami… des images me virent à la tête, les voyant main dans la main. Mon bébé en robe blanche au bras de son père et Jack devant l’hôtel affichant un grand sourire d’où dévoilait toutes ses dents bien alignées.
Je me secouais la tête pour effacer ses images là. En me voyant, Edward sera un peu plus ses bras autour de moi avant d’embrasser mes cheveux. Tout le monde à l’air d’être heureux même la meute qui a présent prenais du bon temps oubliant tout gestes défensifs. Alice metta de la techno. Ce qui remplissais l’habitacle et qui couvrait tous les bruits - pour les humains - Même un vampire ne pourrais se concentrer sur un seul et unique bruit avec la musique plein pot. Elle avait le don de tout faire pour que tout soit parfais. On a eu beau lui réexpliquer que la moindre chose qu’elle faisait était très bien comme ça sans en rajouter qu’elle grimaça et trouva un autre prétexte de mettre quelque chose de nouveau. Avec ses supplices et son air boudeur on ne pouvais qu’accepter car la voir heureuse était quelque chose de fantastique, d’agréable à voir, qui vous réchauffait le cœur même si celui-ci était gelé.
Je reposais mon regard sur ma fille. Rayonnante elle était là dans les bras de Jacob, dansant lentement. Je n’avais pas remarqué le changement de musique et de tonalité. celle-ci fut plus douce, plus tendre à écouter. Comme une berceuse pour les grands romantique. C’était un slow. Edward me pris par la main et m’entraîna au milieu de la pièce avec les autres. Comme pour certains de mes défauts qui étaient là en tant qu’humaine, celui-ci ne s’étais pas évadé. J’étais encore et inconditionnellement nul en danse. Comme toujours, dans ses moments là, mon apollon me pris par la taille et posa ses pieds sous les miens. Une de ses mains se détacha pour prendre celle qui n’enlaçais pas sa nuque. Il fut heureux que je ne protesta pas. Son regard ne se détachait pas du mien et il avait toujours son sourire si craquant et… amoureux - il faut bien l’avouer même si un être aussi fantastique ne peux pas aimer une personne aussi banal que moi, enfin banal entre mon espèce - La musique fut mélodieuse. Chaque notes fut gravé dans ma tête comme si celle-ci cherchais à appeser le mal être que j’éprouvais en ce moment. L’odeur d’Edward envie tout mon espace. Je pourrais le retrouver à des milliers de kilomètres de là tellement son parfum m’envoutais. C’étais une fleur parmi tant d’autre mais la plus belle de tous.
- A quoi pense tu ? Me chuchota-t-il
Je souriais.
- Oh à tout et à rien. En faite à vrai dire je pensais à toi.
- A moi ? Hum pour quelle raison ?
- Pour la simple et unique raison que je réalise seulement la chance que j’ai de t’avoir que pour moi et que tu fus mien. Tout simplement.
Sa main qui enlaçait ma taille caressais celle-ci.
- Et moi je suis le plus comblé des maris. J’ai plus de chance que toi de t’avoir pour l’éternité. Tu es mienne et à jamais mon amour. Ne l’oublis pas.
- Compte sur moi.
Ses yeux était remplis de tendresse. Il m’aimait et plus rien n’avais d’importance dans ce monde a part ma fille. Les deux êtres que j’aimais le plus au monde furent miens à jamais. Je ne pourrais jamais les perdre. Je venais de me rendre compte que mon angoisse était stupide comme on me l’avait dit. Renesmée restera toujours ma fille quoi qu’il arrive. Je l’ai conçu et porté. Je me suis battue pour elle. C’était mon enfant, ma moitié. Personne ne pourrais enlever sa.
Un nouveau slow résonna. Nous continuons de danser comme si la musique n’avait pas changé. J’eue cependant une idée qui me ferais peut-être la meilleure honte de toute la soirée et de toute ma vie mais qui se méritait d’essayer. Je descendis des pieds d’Edward et je me collais à lui. Il fut surpris comprenant pas ma réaction. Ayant un sourire timide, je commençais à bouger mes jambes au rythme de la musique en prenant soin de ne pas marcher sur les pieds de mon partenaire. celui-ci fut ébahie. Depuis que je l’ai rencontré c’était la première fois qu’il me voyait bouger comme cela.
- Tu sais que tu es radieuse quand tu danses ainsi ?
Bien sur si j’étais encore humaine, le rouge serais monter sur mes joues et aurais trahis mes intentions. Je lui répondis en baissant des yeux. Il ria aussitôt.
- Pourquoi es tu gêné à chaque fois que je te fais un compliment?
- Parce que venant de toi c’est trop pour moi.
Il soupira.
- Il ne faut pas et rien ai de trop pour toi.
Au son de sa voix je savais qu’il ne fallait pas que je réponde à son commentaire. Il n’aimait pas quand je me sous-estimais. Avec un soupire moi aussi je continuais de danser. Les pétales de roses caressais mes chevilles à cause des mouvements qui les soulevaient de terre. Elles étaient douce. On aurais dit de la sois pur et simple. Je vis Jacob m’épier tout en serrant ma fille dans ses bras. Il eu un immense sourire. Je compris aussitôt la raison. Il se détourna pour regarder Renesmée. Je fis de même et regardais autour de moi. Tout le monde étaient enlacé hormis Seth et Leah qui étaient restés assis sur une marche des escaliers tout en se chamaillant. Ses deux là ne s’était pas encore imprégné. J’avais de la peine pour eux même si cette dernière ne m’aimait pas. Voir tous leurs copains avec quelqu’un ne semblait pas une partie de plaisir. Ils doivent se sentir seul, du moins c’est-ce que je ressentais pour eux. Je continuais de regarder autour de moi. Tout d’un coup mon regard s’arrêtais net et je me pétrifiais.
Non!
Edward sentant que je m’étais tendu en un millième de seconde se retourna pour voir ce qui se passais. Comprenant il me serra plus violemment comme ci il m’empêchais de faire un acte qui me ferais regretter pendant toute ma longue vie ou peut-être que c’était pour se retenir lui. Bref, ce que nous vîmes nous laissais patois. Jacob c’était rapproché de Renesmée, une main sur joue, l’autre sur sa taille avant de se penché et de l’embrasser langoureusement. En voyant la réaction d’Edward et moi tout le monde étaient resté figé, nous détaillant pour voir si il fallait intervenir ou pas. Leah m’adressa un regard mauvais, mains tremblantes.
Aujourd’hui je pouvais être violente même si ce n’étais pas ma nature. Je pourrais tuer tout le monde sur place y compris elle. La rage était si violente que moi aussi je commençais à trembler. Emmett et Jasper vinrent à nous et nous encerclait.
- Calme toi, Bella, intervient Emmett si doucement que seul les vampire pouvais nous entendre.
Je sentis le don de Jasper m’envahir. Ce que j’acceptais volonté. Je ne voulais pas faire souffrir quiquonc aujourd’hui surtout ma fille même si l’idée d’arracher la tête de Jacob me brulait intensément. Non c’était trop tôt ! Pourquoi? Pourquoi maintenant? Maintenant que l’imprégnation c’était propagé complétement, mon sentiment de perdre ma fille refis surface. Jasper utilisa son don sur celui là aussi.
- Pas se soir Bella. Attend que la fête sois terminée, dit il en levant ses paumes devant moi.
J’acquiesçais mais continuais de fusiller Jacob du regard. Je me rappelais de l’expression que j’avais eu quand je me suis retrouvée pour la première fois a côté d’Edward en cours de biologie - si les regards pouvais tuer - Là, en ce moment j’en avais plus qu’envie que cette citation se réalise sur le champ même si il s’agissait de mon meilleur ami mais qui celui-ci était entrain de tripoter ma fille. J’inspirais un grand coup. Jasper et l’air me fit du bien.
- Oui pas se soir, acquiesçais-je une nouvelle fois.
Je ne pouvais plus bouger même pas ôter mon regard sur cette scène là.
Edward, Jasper et Emmett m’entraîna à l’étage. Voyant que la tension emplissais la salle à mangé Jacob se détournais de ma fille pour nous fixer.
- Toi, toi ! Hurlais-je en le pointant du doigt sans me contrôler.
- Viens Bella, arrête, me poussa Emmett.
- Non lâche moi ! Dis-je en me débattant mais qui ne fus pas nécessaire dans l’étau que m’offrais Emmett et Edward.
Je regardais Jacob près à l’égorger.
- Déguerpi, sort ! Je ne veux plus te voir ne serraisse qu’a dix mètres de ma fille !
- Mais Bella, tu m’as dis…
- Je ne t’ai rien dis du tout ! L’interrompis-je.
- Maman, maman arrête s’il te plaît ! Hurla ma fille à son tour les larmes aux yeux.
- Non chérie laisse moi faire.
Il a osé appeler ma fille « chérie » !!!!!
- Sort de cette maison et en vitesse ! Le menaçais-je
- Mon amour viens s’il te plaît.
Je me débattis encore une fois. Mais Edward me pris dans ses bras tandis qu’Emmett le suivait de près au moindre mouvement de ma part. Jasper quand t-a lui, essayait de contrôler mes émotions mais ce qui ne s’effectua qu’à moitié.
Arriver dans l’ancienne chambre d’Edward, j’explosais, une fois posée au sol.
- Mais pourquoi !!! POURQUOI ? Comment a-t-il pu ?
Edward fit signe de la tête à ses deux frères qui ceux-ci hochèrent la leur avant de partir et de refermer la porte. Quand t-ils furent partis, il me serra dans ses bras.
- Chut mon amour, calme toi - je venais de me rendre compte que je sanglotais - Je suis aussi frustré que toi mais c’est le choix de notre fille et nous ne pouvons rien y faire.
- Comment? Comment réussi tu as accepter cela?
- Je ne l’accepte pas moi que toi. Cela aussi me mais hors de moi. C’est juste que j’essaye de cacher mes émotions. Pour ne pas blesser Renesmée.
Je repensais à mes actes. Je l’avais offensé. Je suis allée trop loin malgré la promesse que je me suis faite. Je mis mes mains sur mon visage et je me mis à gémir.
- Oh non Edward dit moi que ce n’est pas vrai !
Il ôta mes mains de mon visage avant de mettre sa main sous mon menton pour que je le fixe.
- Ce n’est pas de ta faute. C’est une réaction qui est très naturelle venant d’une mère.
- Oh arrête toi aussi ! Arrête de toujours me défendre. Tu ne défend même pas notre fille !
- Si Bella, autant que toi mais tu interprète mal mes mots. Toutes les deux c’est-ce que j’ai de plus important dans ma vie et je ne désire que votre bonheur.
Je fermais mes yeux. Une boule c’était formé dans ma gorge mais aucunes larmes ne virent - ce qui était normal -
En soupirant il me pris dans ses bras.
- Allez viens, rentrons à la maison
Je hochais la tête. Il me pris par la taille et avec son autre main il prenna mon visage avant de m’embrasser tendrement en signe de compassion.
- Je t’aime.
Comme réponse il n’eu qu’un sourire avant de me prendre par la main et de partir chez nous.
Quand nous fûmes en bas tout le monde nous dévisagèrent, surtout moi. Seule ma fille avait le dos tourner ravagée par les sanglots et la colère. Je voulu aller à sa rencontre mais Edward m’en empêcha en me serrant un peu plus fort. J’avais gâché sa fête. Je n’avais qu’à l’assumer à près tout. C’est moi qu’est tout mis en l’air. La meute était de nouveau sur ses gardes. Ils étaient près à protéger les siens et celui qui était au centre de tout même ci celui-ci ne fit plus partis de cette bande là. En effet deux Alphas dans un seul groupe en faisait trop. Quand ses deux là n’étaient pas d’accord sa semait la pagaille ce qui ne plaisait guère aux loups-garous. Jacob avait préféré quitter le clan pour d’une part rester plus souvent avec Nessie et d’autre part pour faire ce que bon lui semblait. Dirigé un groupe ne l’emballait pas trop.
Arriver sur le perron Seth nous barra le passage.
- Pas maintenant Seth, dit Edward.
Celui-ci fit un haussement d’épaule avant de retourner vers les autres. Une fois dehors je posais la question à Edward.
- Qu’a-t-il voulu dire?
- Rien de bien intéressant.
Son ton me laissais entendre qu’il n’avait pas envie d’aborder se sujet.
- Edward…, insistais-je.
En soupirant il commença à courir.
- Plus tard quand t-on sera rentré.
Je le suivais de peu. Voyant que je n’arrivais pas à le suivre, il ralentissait de façon à ce que je sois à côté de lui. Quand nous vîmes notre maison nous marchions à allure humaine. Je vis notre ruisseau. Je marchais jusqu’à un rocher et je m’assis dessus. Sentant que je voulais être seule, Edward me laissa et rentra dans notre demeure. Je regardais les vaguelettes s’écraser contre les herbes hautes et les rochers. La lune était ronde ce soir. Elle se reflétait au milieu de l’eau. D’autre petit points se montrait. C’était des étoiles. La nuit était belle, ensorcelante. Mais pas la soirée qui venait de se passer. J’avais exagéré. Ma fille ne me pardonnera jamais. Je l’avais blessé, trahis. Quand t-a mon meilleur ami il me détestais surement. Je l’avais autant fais souffrir que ma fille. Je revoyais ma famille, inquiète et surprise. Elle devais avoir honte de moi a présent ainsi que tous les gens qui étaient présent. Ils avaient raison à près tout. Je ne mérite que ce que j’ai semé.
Depuis ses dix dernières années beaucoup de choses ont changé en moi. J’ai quitté la Floride pour m’installer dans l’Etat le plus humide du continent Nord-Américain. J’ai découvert que l’être que j’aimais le plus au monde était un vampire et mon meilleur ami, un loup-garou. Je me suis mariée avec l’être le plus parfait même si le mariage était une chose que je fuyais depuis toujours. J’eue une petite fille merveilleuse avec lui. Et voici que maintenant mon meilleur ami c’était imprégné de celle-ci. Je voyais Renesmée à ma place et Jacob à la place d’Edward. Notre amour fut intense. Le leur devait être identique. Je soupirais. Malheureusement c’était la simple vérité. Jacob aimais ma fille comme Edward m’aimais. L’amour qu’ont portaient ma fille et moi à nos âmes sœurs, était aussi intense que le leur. Ma réaction était outragé. Mais c’étais trop tard. J’avais blessé ceux que j’aimais et je ne pouvais plus réparer cela. L’anniversaire de ma fille avait était réduit en néant par ma simple présence. Je ne l’a méritais pas. Je ne méritais aucun être de ma famille pas même mon meilleur ami. J’avais voulu le tuer. Quel acte téméraire ! J’avais déjà accepter à moitié, j’aurais dû m’en douter qu’un jour ca finirait par bien arriver. Mais je ne m’étais pas préparée à ça. Je n’avais pas cru complétement à cette histoire d’imprégnation jusqu’à aujourd’hui. En inspirant je me relevais pour aller rejoindre Edward.
Il était là, allongé en dessous des draps dans notre lit, mains derrière la tête. Il fixait la cheminée qui dominait notre pièce depuis peu. La couleur du feu reflétais sur sa peau qui devenais plus luisante dans ces moments là. Il était beau. Me déshabillant à mon tour je me glissais sous les draps et me blottis contre son torse. Il m’enlaça aussitôt.
- Alors qu’a voulu dire Seth ? Lui demandais-je
- Jacob va s’éloigner quelque temps, me répondit-il.
Je soupirais derechef. Aujourd’hui c’était la journée des soupires à croire. Pourquoi cette nouvelle ne m’étonna pas? Je cru comprendre et répondre à ma question.
- Ils m’en veulent, chuchotais-je.
- Non, personne ne t’en veux mon amour. C’était tout à fais normal.
- Mais Renesmée ne m’a pas adressé un seul regard quand t-on est redescendu.
- C’est parce qu’elle s’en veut et elle n’osais pas te regarder.
Je me redressais sur un coude et je le regardais.
- S’en vouloir de quoi? C’est moi qu’est disjoncté se soir, pas elle.
Il me repris dans ses bras, ne voulant pas défaire notre étreinte.
- Elle savait que ça allait te blesser mais elle l’a fait quand même. Elle a attendu ce moment depuis fort longtemps.
- Elle n’a pas à se sentir coupable.
- Je sais et toi non plus.
Bon, fallait pas en rajouter. Nous restâmes ainsi pendant plusieurs minutes à regarder les flammes dansées dans notre cheminée. Je caressais son torse de pierre. Seul lui pouvais m’apaiser en toutes circonstances. Il m’aidait et me rassurait dans chaque moments difficile de mon existence. Je ne méritais pas tout son amour. Lui, caressais tendrement mon dos. Ses doigts fins et doux montaient et descendaient sur ma colonne vertébral.
- Alors à quoi pensait tu tout à l’heure, me disait-il soudainement.
Je me remémorisais la scène.
- Je crois que je te l’ai déjà dis.
- Oui mais tu ne m’as pas précisé. Juste que tu n’imaginais pas ta vie sans moi.
- C’est-ce que j’ai réellement pensé.
Il n’insista pas davantage. En soupirant, je me redressais derechef et en fermant mes yeux je mis mes mains sur ses joues. J’essayais d’éloigner un maximum mon bouclier pour qu’il puisse voir ce à quoi j’avais pensé. Etonné de ce qu’il vit il laissa échapper un petit rire.
- Et moi qui croyait que tu me mentais encore une fois.
- Et bien comme tu vois ce n’est pas le cas.
Je lui souriais. Il me rendit mon sourire avant de nouveau me serrer contre lui. Je respirais son cou. Son parfum était encore plus envoutant à cet endroit là. Je pourrais rester ainsi pendant des heures tout en le humant.
- Pourquoi? Tu avais pensé à quelque chose en particulier?
- Non, pas spécialement mais je pensais que tu évitais la question pour pas qui je m’initie dans ce que tu penses.
- Tu sais très bien que toutes mes pensées reviennent vers toi.
- Oui je l’ai bien vu, me répondit-il comme un gamin qui venait d’apprendre qu’il aurais plein de cadeaux pour son anniversaire.
Cette comparaison revenait à ma fille. Que faisait-elle en ce moment? Où était elle ? Ne pas la voir chez nous était stressant. Elle préfèrerais s’éloigner de la maison le temps d’une nuit et de dormir à la villa… ou bien chez Jacob.
- Que ce passe t-il ? Dit Edward en me caressant mes cheveux sentant que je mettais de nouveau raidis.
- Pense tu que Renesmée ira passer la nuit chez Jacob ?
Il soupira.
- Non je ne pense pas. J’ai vu qu’elle préfèrerais être seule se soir. Elle ne savais pas encore si elle voulait rentrer ici ou rester à la villa. Mais si c’était le cas, poursuivis t-il, je ne m’interposerais pas entre eux. Elle est grande même pour son jeune âge et je ne pense pas qu’ils arriveront à ce stade maintenant.
- Tu ne connais pas Jacob, grognais-je mais reconnaissant un peu plus tard que si au contraire, il le connaissait bien mieux que moi
Il embrassa mes cheveux en signe de réponse. Je sentis qu’il souriait.
- Et si c’était le cas, je ne m’y opposera pas. Tu as raison, elle est grande et elle sais ce qu’elle veut même si cette idée me déstabilise.
- Il ne se passera rien entre eux, se soir, Bella. Pas pour le moment. Jacob désire que son bonheur.
C’étais à mon tour de soupirer encore une fois.
- Je le sais.
- Alors arrête de t’angoisser. Cette soirée se serais passé comme çà que tu sois été là où pas. Il y aurais eu quelque chose. Tu sais très bien que les vampires et les loups-garous ne sont pas franchement de grands amis.
Je riais. Il avait encore une fois raison. Fermant les yeux je me laissais aller dans ses bras et de sentir la chaleur du feu qui se propageait sur mon bras nu.
Cette journée était certes bien différente des autres que j’avais eu. J’ai appris beaucoup de chose. La jalousie que j’éprouvais entre Jacob et Renesmée c’est intensifié depuis ce fameux baiser. Pire qu’égoïste j’aurais voulu que Jacob fut épris de moi encore que de ma fille. Il était mon meilleur ami et il le sera toujours. Mais une part de moi continuais toujours de l’aimer. Mais il fallait accepter ce que le destin vous offre. Je n’avais aucune raison de regretter mes étapes et mes choix. Ce que j’avais en se moment était plus précieux qu’un cadeau que la vie peut vous offrir. C’était lui depuis le début. Si lui mourrait je le suivrais de très près. Imaginer ma vie sans lui était inconsovable. Je ne m’inquièterais pas pour ma fille. Je savais que tant que Jacob serais là, elle réussira à rester heureuse et comprendrais mon comportement. Après tout si leurs sentiments l’un envers l’autre sont aussi intense que les nôtres, je n’aurais pas de justification à cela. Edward était toute ma vie, jamais je ne pourrais vivre sans lui. Mais Jacob était aussi rentré dans ma vie. Il m’a soutenus dans les choix les plus difficiles de mon existence, les plus douloureuses. Il a toujours été là pour moi, il ne m’a jamais laissé tomber. Après tout je voulais que le meilleur pour ma fille. A côté de Jacob, elle se sentirais bien, j’en était certaine. Me dire et me répéter sans cesse qu’elle ne pouvais trouver mieux ailleurs était le meilleur remède à la peur de perdre ma fille. C’était ça son cadeau d’anniversaire: accepter que ma fille soit avec mon meilleur ami. Mais je n’ai fais que le contraire.
Me blottissant contre Edward, je me mesurais à sa respiration tout en pensant à cette fameuse soirée qui à déroulé au désastre par ma faute.

_________________
Team Edward & Bella

Spoiler:
 


Merci ma Rosie ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://evasion-twilight.forumtwilight.com
Rosalie Cullen
Bras droit de l'admin
avatar

Messages : 332
Date d'inscription : 28/12/2009
Age : 28
Localisation : Avec Emmett

MessageSujet: Re: Pour l'éternité   Mer 30 Déc - 16:43

Et c'est trop bien!!! la suite!!! J'adore!

_________________


Rosalie Loves Emmett...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.twilightbrooke.centerblog.net
Bella Cullen
Admin
avatar

Messages : 433
Date d'inscription : 03/12/2009
Age : 25
Localisation : Avec Edward

MessageSujet: Re: Pour l'éternité   Sam 2 Jan - 22:09

Marci, mais la suite ne sera pas pou maintenant sorry =/

_________________
Team Edward & Bella

Spoiler:
 


Merci ma Rosie ♥️
Revenir en haut Aller en bas
http://evasion-twilight.forumtwilight.com
Rosalie Cullen
Bras droit de l'admin
avatar

Messages : 332
Date d'inscription : 28/12/2009
Age : 28
Localisation : Avec Emmett

MessageSujet: Re: Pour l'éternité   Sam 2 Jan - 22:49

c pas grave je saurais attendre!!

_________________


Rosalie Loves Emmett...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.twilightbrooke.centerblog.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour l'éternité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour l'éternité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sept jours pour une éternité ... [Marc Levy]
» [texte court] Pour l'éternité
» Réunis pour l'éternité
» Pour la vie, pour l'éternité
» [Levy, Marc] Sept jours pour une éternité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evasion-twilight :: Coin détente :: Fan fictions :: Twilight-
Sauter vers: